TryEngineering.org: Discover the creative engineer in you. Accreditation.org: The ultimate resource for engineering, computing and technology accreditation. TryNano.org: Nanotechnology for a wider audience.  
         TryEngineering.org > Le métier d’ingénieur > Ingénieur civil
Discover the creative engineer in you
Life of an Engineer
Ingénieur chimiste
Ingénieur civil
Ingénieur informaticien
Ingénieur électricien
Ingénieur en matériaux
Ingénieur mécanicien
Ingénieur nucléaire
Sociétés d’ingénieurs
Mark C. Reuss, E.I.T. (Ingénieur civil)
Ingénieur principal en travaux publics et bâtiment, Bechtel Group, Inc.

Mark C. Reuss, E.I.T.Education
  • B.S. (Bachelor of Science), Génie civil, Tufts University
  • B.A. (Bachelor of Arts), Allemand, Tufts University
  • M.S. (Master of Science), Gestion de construction, Stanford University

    Description d’emploi
    En tant qu’ingénieur principal en travaux publics et bâtiment, je suis chargé d’intégrer les besoins et connaissances en la matière dans les plans, cahiers des charges, commandes de matériel, contrats de sous-traitance et calendriers des projets.

    Conseils aux étudiants
    Pour les étudiants en génie civil, les maths et les sciences sont des matières essentielles, mais il est tout aussi important de lire le journal et d’étudier d’autres sujets comme l’histoire, le français et les langues étrangères. L’automatisation joue un rôle clé dans les projets d’ingénierie ; veillez donc à suivre un grand nombre de cours en logiciels. Des études à l’étranger sont une manière de déterminer si vous seriez éventuellement intéressé par un poste dans un autre pays.


  • Segment Entretien

    Q : Décrivez-nous le cursus et les études que vous avez suivies au premier cycle d’université ? Etait-ce intense ? Aviez-vous le choix entre plusieurs spécialités ?
    Reuss : Aujourd’hui, les études suivies par un étudiant-ingénieur du premier ou deuxième cycle sont très intenses. C’était du moins le cas à Tufts, où il fallait suivre plus de cours qu’un étudiant en arts libéraux dans la même période de temps. A tel point qu’on se plaisait à les taquiner en les appelant les étudiants en arts de rien faire. Mais oui oui, c’est intense et selon les résultats que vous visez, il n’y pas de limite au nombre d’heures que vous pouvez passer à étudier. C’est une des choses que vous apprenez à l’université, que vous ne pouvez plus vous permettre ce que vous vous permettiez au lycée. Et cette prise de conscience est vraiment la clé de votre survie. Pour ma part, il m’a fallu environ un an pour m’en rendre compte. Et aussi près d’un an avant de me décider pour le génie civil. J’ai hésité entre le génie chimique et mécanique et ai fini par choisir le génie civil.

    Q : Parlez-nous un peu de votre année d’études à l’étranger. Qu’est-ce qui vous a poussé à partir ?
    Reuss : Quand j’ai commencé à étudier l’ingénierie, j’ai réalisé que comme il fallait prendre tellement de cours en quatre ans, ces quatre années semblaient vraiment longues, mais en fait ça n’est pas si long que ça. Je voulais faire autre chose à part l’ingénierie, prendre moi aussi les cours sympa que tout le monde prenait sauf nous les élèves-ingénieurs, parce que nous n’avions pas un tel choix de matières facultatives. Je me suis donc dit que la meilleure façon de le faire était d’obtenir un double diplôme, d’obtenir un B.A. de mon choix – j’étais très intéressé par l’allemand en raison de mes origines – de pouvoir choisir une dominante qui m’intéressait vraiment et prendre alors toutes ces matières facultatives. C’est donc ce que j’ai fait. J’ai dû prendre des cours d’été, qui m’ont permis d’aller étudier pendant un semestre à l’étranger, ce qui était un bon compromis entre les deux. Je suis parti étudier dans le sud de l’Allemagne, dans une jolie ville ancienne, en pleine campagne, où venaient étudier bon nombre de vieux théologiens et fermiers. C’était donc un environnement sympa et agréable.

    Q : Lors de vos premières années d’études, étiez-vous membre de sociétés professionnelles, de l’ASCE ou d’autres sociétés d’ingénieurs ?
    Reuss : J’étais très actif à l’ASCE. J’ai fini par être membre du conseil. J’y ai occupé différents postes, secrétaire et vice-président puis finalement président de la société, et ai vraiment apprécié les projets auxquels j’ai participé. En fait, pendant mes dernières années d’études, j’ai créé et lancé, malgré les objections de beaucoup, un projet de construction d’aire de jeux dans une école primaire d’une ville proche de l’université, qui n’avait qu’un terrain d’asphalte. Nous avons collecté les fonds, acheté tout l’équipement, aménagé le terrain et installé tout l’équipement en un weekend. Tout ça c’était pour les élèves et les parents de cette école primaire. Des copains qui n’habitaient pas la région sont même venus mettre la main à la pâte. On s’est vraiment bien amusé. C’était un projet formidable. Et en fait j’ai fini par construire quatre autres aires de jeux. C’est quelque chose que j’aime vraiment faire à côté, c’est tellement gratifiant de travailler avec des enfants.

    Q : Comment pensez-vous que vos études de premier cycle vous ont-elles préparé à la vie active, tant en termes des compétences techniques qui vous ont été enseignées que de la manière dont elles vous ont été enseignées ? Avez-vous appris à travailler en équipe parce que c’est ainsi que le travail est accompli en situation réelle ou pensez-vous l’avoir surtout appris par vous-même ?
    Reuss : Il y a deux composantes dans la manière dont l’ingénierie est enseignée aujourd’hui : la première c’est toute la partie technique qu’il faut tout simplement apprendre. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus « glamoureux » mais c’est une base absolument indispensable : vous devez savoir comment mesurer une route, comprendre les systèmes mécaniques, connaître les matériaux et passer par tout ça pour acquérir les bases. L’autre composante relève du fait que les écoles ont commencé à prendre conscience qu’un grand nombre d’ingénieurs praticiens ne possédaient pas les compétences nécessaires en termes de communication, de présentation, de contact avec le public et d’appréciation de facteurs autres que tout ce qui touche au calcul ou de savoir le poids que pourra supporter telle ou telle poutre. Evidemment qu’il faut savoir tout ça, mais c’est aussi important de se demander quelles répercussions aura la galvanisation d’une pièce d’acier sur l’environnement et s’il y a un moyen de procéder qui soit plus écologique ? Quel impact aura le transport par camion d’une poutre pour l’amener à l’autre bout de la ville ? Faut-il trouver un autre itinéraire ? Tous les aspects périphériques ne sont vraiment plus à la périphérie, ils sont tout aussi importants, voire parfois plus importants que les bases, que l’essence de la conception et de la construction technique. Donc, comme je l’ai dit, les universités en ont pris conscience et commencent à mettre davantage l’accent sur ces aspects. Et les matières qui n’était auparavant pas obligatoires comme les langues et la composition étaient facultatives et on parle même maintenant de faire passer le cursus sur cinq ans parce que quatre années ne suffisent pas à couvrir ces deux sujets. C’est vraiment demander beaucoup aux étudiants. Mais si vous faites ça et vous suivez des études combinant à la fois l’aspect technique et l’aspect périphérique, vous acquerrez des compétences très précieuses pour la société. C’est une bonne combinaison de compétences à avoir.

    Q : Quelle est votre expérience des programmes en alternance et des stages ? Avez-vous participé à de tels programmes pendant vos études ?
    Reuss : J’ai travaillé plusieurs étés pour une entreprise qui m’a accordé une bourse partielle pour mes études de premier cycle. Et mes tâches n’étaient pas spécialement tournées vers le génie civil, il s’agissait d’une usine de fabrication. A cette époque, ce pays construisait encore des avions, des avions militaires, et c’est ce que je faisais. J’ai commencé à l’assemblage, puis ai fini par faire un peu de conception et par travailler sur des matériaux composites et analyses de défaillances. Je devais résoudre des problèmes spécifiques, principalement en ingénierie des constructions appliquée à l’aérospatiale. J’ai donc fait ça tous les étés. Ça m’a permis de couvrir mes droits de scolarité et de gagner de l’expérience. Et en plus je n’étais pas loin de chez moi. C’était une bonne expérience, que je recommanderais franchement si vous pouvez le faire pendant vos temps libres entre les semestres ou années d’études. Faites quelque chose en rapport avec vos études, ça ne peut qu’enrichir votre éducation, mais aussi vous aider à décider exactement ce que voulez faire une fois votre diplôme en poche. Ce qui est une décision difficile pour n’importe qui.




    (Les profils d’ingénieurs figurant sur le site TryEngineering ont été fournis par le centre de ressources professionnelles
    Sloan Career Cornerstone Center.)


    home about contact us links sitemap disclaimer